DERNIERE VOLONTE !

 

Un couple de plus de 50 ans lui, habillé avec un jogging très ringard, moulant et des chaussons. 

 

YVES. – Chérie ! Quelle heure est-il ?

THERESE. – Seize heures vingt, pourquoi ?

YVES. – C’est pour marquer sur l’attestation. 

THERESE. – Encore ! Cest quand même la septième fois que tu sors aujourdhui !

YVES. – Oui, mais moi, j’aime pas qu’on m’impose !

THERESE. – Mais Yves, quest-ce que tu nas pas compris dans « confinement » : ça veut dire, il faut rester chez soi !

YVES. – Mais il faut que je prenne l’air, moi !

THERESE. – Tu veux prendre l’air : ouvre la fenêtre ! Ils ont dit qu’il fallait aérer, ça tombe bien !

YVES. – Mais il faut que je bouge !

THERESE. – Alors, avant le confinement, tu voulais jamais sortir te balader, maintenant que c’est interdit, t’es toujours dehors !

YVES. – Je suis un rebelle, moi !

THERESE. – Ah oui ! Le rebelle devant sa télé ! Et pourquoi tu as mis ton vieux survêtement, c’est ridicule !

YVES. – Si je croise les gendarmes, je leur dirai que je fais mon sport !

THERESE. – Mais t’es pas crédible, mon pauvre ! Retire tes charentaises au moins !

YVES. – Mais, mes anciennes baskets, elles sont percées ! 

THERESE. – Mais la dégaine que t’as, mon chéri. On dirait que tu vas au carnaval de Dunkerque !

YVES. – Quoi ! Tu crois qu’il faut que je mette du fluo pour faire plus vrai !

THERESE. – Non, arrête les frais ! C’est pas la gay pride !

YVES. – Quoi ! Je ne suis pas bien comme ça ?

THERESE. – Ben déjà, ton survêt, tu l’avais acheté quand je t’ai connu, alors j’aime mieux te dire que t’as autant l’air d’un sportif que moi de Miss France !

YVES. – Qu’est-ce qu’il a mon survêtement ?

THERESE. – Trente ans ! 

YVES. – Ils m’ont arrêté plusieurs fois, hier, les flics ! La première fois, je revenais du bureau de tabac ! Ils m’ont dit : c’est pas un produit de première nécessité. « Ben si » que je leur réponds en montrant mes paquets de clopes. Sauf que sur les paquets c’est marqué : « Fumer tue ». Alors là, forcément, comme première nécessité, c’était moins crédible. 

THERESE. – Et la deuxième fois, tu m’as dit : c’est quand tu es parti sortir Choupette !

YVES. –  Non, ça c’était la troisième fois ! La deuxième fois, j’ai pris un air désolé et je leur ai dit que j’allais au cimetière. 

THERESE. – Mais on ne connaît personne enterré dans ce cimetière. 

YVES. – Oui, mais j’étais pris au dépourvu, alors j’ai improvisé. 

THERESE. – Qu’est-ce que tu leur as raconté ?

YVES. – Ah oui, d’ailleurs, il vaudrait mieux que tu ne sortes plus jusqu’à la fin du confinement !

THERESE. – Et c’est toi qui es toujours dehors qui me dit ça ! Et pourquoi tu veux que je reste enfermée ?

YVES. – Et bien, je leur ai dit que j’allais sur la tombe de ma femme qui est morte il y a trois jours ! Alors s’il te croise en ville, je suis grillé !

THERESE. – Et bien tu as eu vite fait de m’enterrer !

YVES. – C’était ça ou 135 € !

THERESE. – Il tuerait sa femme pour économiser 135 balles, le bourricot ! Et aujourd’hui, trois jours après la mort de ta femme, tu pars faire un jogging ! C’est sûr qu’ils vont vachement te croire !

YVES. – Je leur dirais que je me suis habillé plus jeune pour essayer de refaire ma vie !

THERESE. – Trois jours de deuil, oui, c’est cool, t’as pas eu le temps de tomber en dépression au moins !

YVES. – Arrête de te moquer, ça se voit que c’est pas toi qui pleures tous les soirs, seul, dans ton lit !

THERESE. – N’en fais pas trop, chéri ! Gardes-en pour les flics !

YVES. – Tant que je sors, tu veux que je te ramène quelque chose ? 

THERESE. – Je l’ai toujours dit : je ne veux ni fleurs ni couronne ! Par contre, toi, tu vas aller te prendre une bière, je parie !

YVES. – Les bistrots sont fermés, figure-toi ! 

THERESE. – Oui, mais les supermarchés sont ouverts ! 

YVES. – T’as raison, c’est une bonne idée, je vais faire un crochet par Carrefour !

THERESE. – Alors, puisque tu m’as déjà enterrée, j’ai le droit à une dernière volonté !

YVES. – Bien sûr ma chérie ! 

THERESE. – Je t’autorise à acheter de la bière, mais à une condition : je choisis la marque !

YVES. – Pas de problème !

THERESE. – Tu vas te prendre une « Mort subite » ! Comme ça, on est quitte !

 

 

François Scharre

Dernière volonté !

François Scharre

Ce confiné récalcitrant est prêt à inventer les excuses les plus rocambolesques pour sortir... 

nb de femmes2
2
durée15 min.
0,00 €
TTC
Quantité
En stock Oups ! Ce titre n'est plus disponible pour l'instant.

Détails

Du même auteur

Paul m'a laissé sa clé

François Scharre

Prix 10,90 €
rating (5)
nb d'hommes
| 4
nb de femmes
| 5
| 9
durée
| 100 min.

pièce de théâtre de François Scharre

Comédie à succès. Une histoire de bobards où tout s'embrouille à partir d'un cambriolage. Quel homme, ce Paul!

La Triste mine d'Hubert de Chouillac

François Scharre

Prix 10,43 €
nb d'hommes
| 5
nb de femmes
| 4
| 9
durée
| 100 min.

Comédie sur les apparences sociales, voici dépeints des domestiques affairistes qui échangent vite leur place avec celle de leurs maîtres incompétents.

Surprenant, grinçant, savoureux.

Avis

Cliquez ici pour donner votre avis